CEREDA. 9 janvier – Gap – Un bon petit diable

Nicole Magallon, notre invitée lors de la séance du 5 décembre 2019, nous a fait entendre sa lecture du texte de référence de M.-H. Brousse « Le trou noir de la différence sexuelle » en reprenant la question de la différence avec le texte de Lacan de 1946 « Le temps logique et la certitude anticipée ». La seule différence chez l’être humain est le fait de jouissance, cette singularité à supporter en soi-même. Avec le cas clinique de Lou, petite fille de 8 ans qui pose « Il y a un problème avec la différence, c’est quoi la différence ? », une question se dégage : comment inscrire sa singularité dans un groupe, comment articuler le cadre avec la singularité et faire lien social? Pour la prochaine séance, nous ferons une lecture du chapitre II du Séminaire XVIII « D’un discours qui ne serait pas du semblant », L’homme et la femme, en l’articulant avec le texte de référence de Daniel Roy. Elsa Lamberty commentera notamment cette phrase « La femme a une très grande liberté à l’endroit du semblant. »
Camille Roussel nous présentera un cas de sa pratique en CMP, Claudine Boiteux introduira les échanges autour de ce cas en en faisant une lecture.

Prochaine séance le jeudi 9 janvier 2020 au centre Corto Maltese, accueil à partir de 19h00, séance 19h15-21h15.

Contacts :
Elsa Lamberty, responsable, 06 88 82 86 99 ; Sylvie Dagnino, coresponsable

ceredabonpetitdiable@free.fr



Catégories :Groupes CEREDA

%d blogueurs aiment cette page :