Livres. L’envers de la biopolitique – Une écriture pour la jouissance

C’est le livre-évènement du Xe congrès de l’Association mondiale de psychanalyse sur le corps parlant (25-28 avril 2016) et, par delà, un ouvrage d’ores et déjà de référence. L’envers de la biopolitique. Une écriture pour la jouissance, d’Eric Laurent, paraît chez Navarin / Le champ freudien.

La biopolitique asservit les corps à coups d’images et de slogans. Mais le corps échappe toujours aux identifications prêtes-à-porter. La jouissance le déborde, le surprend, le « traumatise ». La psychanalyse accueille ce corps, en tant qu’il parle de ce trauma.
Le dernier enseignement de Lacan, tel que Jacques-Alain Miller l’éclaire, aborde la jouissance à rebours des mirages de l’hédonisme. Dans l’expérience d’une analyse, on part du symptôme qui fait souffrir. On tend à le réduire par son sens, son histoire, sa logique. Il peut alors s’écrire autrement, produire des effets de création, artistiques ou non.  Ainsi, Lacan lit Joyce, en conçoit une langue apte à loger la jouissance et en montre la logique.
Une fois situées l’impasse du conformisme et son ombre de ségrégation, reste à supporter le corps que l’on a et à faire valoir cet avoir premier qui surmonte l’être, ses sortilèges et les derniers prestiges du père.

En exclusivité dès le 15 avril sur ecf-echoppe en cliquant ici.

Pour écouter le séminaire d’Eric Laurent « Parler lalangue du corps » sur Radiolacan : cliquer ici.

1DF46F29-F50A-4544-9D70-529DB5C3D5E4



Catégories :Parutions

%d blogueurs aiment cette page :