CEREDA. 6 janvier – Gap – Un bon petit diable

Un bon petit diable poursuit sa lecture du chapitre IV du livre VI du Séminaire de Lacan Le Désir et son interprétation : « Le rêve de la petite Anna ». Nicole Magallon, psychologue et membre de l’ACF MAP, est l’invitée de cette séance de travail.

Avec elle, nous commenterons le texte de Freud, que ce dernier présente comme « le rêve de la nudité du désir », et la lecture qu’en fait Lacan. La séance de décembre autour de ce même chapitre a soulevé de nombreux débats autour de notre fil conducteur, l’articulation entre l’interprétation et le désir : comment situer le désir de l’enfant, ici d’Anna, sur le graphe ?, le « Je » de cette petite fille ?

Dans son rêve parlé, l’enfant se nomme en premier, puis apparaît une « série de nominations », des « signifiants à l’état floculé » (p. 89), qui désignent des objets désirés interdits. En se nommant en premier, le sujet est là, au lieu de l’Autre, mais le Je de l’énonciation est flou du fait que l’on ne sait pas à qui Anna s’adresse, à quel Autre ? D’où la remarque de Lacan, le « Je de l’énonciation qui s’annonce en se nommant au début du message du rêve n’est pas encore authentifié. Chez l’enfant, quelque chose n’est pas encore précipité dans la structure, ne s’est pas encore distingué dans la structure » (p. 101).

Elsa Lamberty

Contact : ceredaunbonpetitdiable@free.fr

(Image en Une : couverture de Un bon petit diable, Comtesse de Ségur, Hachette, 2006, illustration Iris de Moüy).



Catégories :Agenda, Groupes CEREDA