CEREDA. 15 septembre – Marseille – Boutchou

La prochaine réunion du groupe Boutchou du CEREDA à Marseille aura lieu mardi 15 septembre à 20h30. Poursuite de l’étude du texte de Jacques Lacan : « La signification du phallus » par Françoise Biasotto et de la lecture du livre « Maryse devient une petite fille » par Cécile Rios. Quentin Meynaud et Marion Gouvernet présenteront une vignette clinique issue de leur pratique. Toutes les infos pratiques en bas de page.

 

Compte-rendu de la rencontre Cereda du groupe Boutchou du 7 juillet 2020, par Marion Gouvernet:

Nous nous retrouvons pour la dernière séance avant l’été, corps présent cette fois-ci, les deux dernières réunions ayant eu lieu par zoom compte tenu de la période de confinement. Dans un premier temps, Françoise Biasotto a fait une présentation du début du texte  de Lacan, « La signification du phallus »[1]. Lacan insiste sur la fonction nœdale complexe de castration inconscient dans la structuration psychique du sujet et dans ses constructions identificatoires au regard de son sexe. Nous nous sommes attardés sur l’aporie (difficulté incontournable) que représente la menace de castration. L’interdit de l’inceste permet une possibilité d’identification du sujet au type idéal de son sexe, pour devenir un homme, une femme (ou un troisième sexe).

Le primat du phallus est considéré comme organisateur. La clinique indique que la relation du sujet au phallus se fait indépendamment de la différence anatomique des sexes. Chaque sujet a une relation particulière au phallus (le manque). Pour les deux sexes, la mère a le phallus. La petite fille se considère comme castrée et rend la mère responsable de cela : elle l’a fabriqué comme ça et elle, la mère, le possède. C’est elle qui l’a, qui décide et le distribue. La formation des symptômes est une conséquence de la découverte de la castration maternelle (aussi bien chez le garçon que chez la fille).

Nous nous sommes attardés sur la fable de Longus : « Daphnis et Chloé » qui illustre ce point de la méconnaissance du vagin aussi bien chez la fille que chez le garçon jusqu’au déclin de l’Œdipe . « (Freud) semble exclure ainsi dans les deux sexes jusqu’au terme de cette phase, cad jusqu’au déclin de l’Œdipe, tout repérage instinctuel du vagin comme lieu de la pénétration génitale ». Cette ignorance est qualifiée de « méconnaissance »[2].

Dans un deuxième temps, Cécile Rios nous a présenté un commentaire de l’introduction et du chapitre 1 « Maryse devient une petite fille »[3] de Robert et Rosine Lefort. L’introduction retrace les apports théoriques de Freud avec les théories sexuelles infantiles qui seront complétés par la théorie de la sexuation de Lacan. L’enfant, garçon ou fille, est désigné dans le langage par les parents comme étant rattaché à l’un ou à l’autre sexe. C’est en ce sens que Lacan dit qu’il n’y a pas d’enfance du sujet car le sujet c’est le sujet de la parole. L’infans se structure par rapport au signifiant qu’est le phallus. Il distingue l’organe de la pulsion et s’attache à la question du  désir qui est métonymique c’est à dire qu’il est toujours désir d’autre chose. Il y a un reste de la pulsion, c’est l’objet a qui sera articulé plus tard dans l’enseignement de Lacan à la notion du jouissance du sujet.

Au regard de ces éléments théoriques issus de l’enseignement de Lacan, Rosine Lefort manœuvre avec la petite Maryse afin que son désir soit mis au premier plan, elle cherche à le faire émerger et dans ce but elle s’abstient de satisfaire ce qui est du côté du besoin. Ainsi, Rosine Lefort offre à Maryse un espace où les demandes de l’enfant seront entendues et où elle pourra s’humaniser. La cure permettra à cette enfant de s’ériger en tant que sujet.

[1] Lacan J., « La signification du phallus » (1958), Écrits, Seuil, Paris, 1966.

[2] Lacan J., « La signification du phallus » (1958), Écrits, Seuil, Paris, 1966, p. 687.

[3] Lefort R. et R., Maryse devient une petite fille, Psychanalyse d’une enfant de 26 mois, Seuil, Champ freudien, 1995.

Infos pratiques: Mardi 15 septembre à 20h30 par Zoom

Contact : Françoise Biasotto, frbiasotto@orange.fr, 06 09 64 55 98



Catégories :Groupes CEREDA

%d blogueurs aiment cette page :