SC. 10 & 24 juin. « Le mot, le corps, les objets au temps de la forclusion généralisée » #12 & 13

Souligné par la formule de Lacan, « être fou n’est pas un privilège » (1976), le thème de la session 2016 de l’enseignement de la Section clinique Aix-Marseille explore la question des mots, du corps et des objets au temps de la forclusion généralisée. 

13 dates : 15 et 29 janvier, 5 et 26 février, 27 février (Matinée de la SC, 1), 11 mars (Conversation), 25 mars, 1er avril, 13 et 27 mai, 28 mai (Matinée de la SC, 2, plus d’infos en cliquant ici), 10 et 24 juin.
Un enseignement pris en charge par la formation permanente.
Informations : section.clinique.am@wanadoo.fr et 06 61 89 98 70.

Pour s’inscrire : www.section-clinique.org

Découvrir et télécharger la plaquette des enseignements 2016 de la Section clinique en cliquant ici.

La fin de l’enseignement de Lacan (à partir du début des années 1970) ouvre une autre perspective pour la psychose avec une nouvelle définition de la structure dégagée du formalisme structuraliste : « La structure, c’est le réel qui se fait jour dans le langage (1). » C’est le mérite exceptionnel du travail réalisé depuis près de vingt-cinq ans par les Sections, Antennes et Collèges cliniques francophones, sous la direction de Jacques-Alain Miller, que d’avoir tiré des conséquences pour la clinique de cet enseignement orienté par le réel.
« Le choix est un choix forcé : ou bien notre clinique sera ironique, c’est-à-dire fondée sur l’inexistence de l’Autre comme défense contre le réel – ou bien notre clinique ne sera qu’une resucée de la clinique psychiatrique. […] Ce que je dis là n’épargne pas la clinique psychanalytique des psychoses quand celle-ci se borne à mesurer la psychose à l’aune du discours établi de l’analyste – cela veut dire la référer à la norme œdipienne (2). » C’est la thèse de la clinique universelle du délire : « […] tous nos discours ne sont que des défenses contre le réel (3). » La paranoïa était la psychose de référence au premier temps de l’enseignement de Lacan. Dans la seconde orientation, c’est la schizophrénie qui permet le mieux d’entendre cette défense contre le réel.
La clinique structuraliste, avec ses classifications bien tranchées, se trouve à certains égards renversée par la clinique borroméenne. Lacan manifeste une conception beaucoup plus extensive de 
la psychose en constatant la même année dans son séminaire Le sinthome que, finalement, « ce n’est pas un privilège que d’être fou (4) ». Le statut généralisé de la psychose nous a amenés à considérer les formes ordinaires de la psychose et à parler d’époque de la forclusion généralisée. Cette clinique nouvelle est une clinique de la gradation. Elle est continuiste, non structuraliste. Jacques-Alain Miller la pose ainsi : « On distingue, non pas des classes, mais des modes, qui sont des variations. Dès lors, on fait sa place à l’approximation. Si l’Autre existe, on peut trancher par oui ou non. […] Mais quand l’Autre n’existe pas, on n’est pas simplement dans le oui-ou-non, mais dans le plus-ou-moins […] (5) ».
Une conséquence clinique, pour la pratique quotidienne, s’en déduit : la psychose est un concept étendu, nullement épuisé par les seules formes cliniques des psychoses psychiatrisées. Il y a des sujets sans phénomène élémentaire, sans trouble du langage, sans délire, sans errance, etc. Au contraire, ils présentent parfois une surnormalité qui les rend particulièrement adaptés. Pourtant, ces sujets consultent. On les voit à l’hôpital parfois, dans les dispensaires également, chez le clinicien en cabinet et chez le psychanalyste souvent. C’est ce que nous nommons, suite à l’apport de Jacques-Alain Miller, la psychose ordinaire (6). La psychiatrie les ignore pour ne jamais (ou presque) les rencontrer ou les épingle sous des syntagmes étonnants : obsession dépressive, hystérie mélancoliforme, cas limites, etc. Quelle clinique pour ces sujets ? Quelle place pour le psychanalyste ?

1. Lacan, Jacques, « L’étourdit » (1972), Autres écrits, Seuil, 2001, p. 476.

2. Miller, Jacques-Alain, « Clinique ironique », La Cause freudienne, n° 23, L’énigme et la psychose, Navarin-Seuil, 1993, p. 8.
3. Ibid., p. 7.
4. Lacan J., Le Séminaire, livre XXIII, Le sinthome, Seuil, 2005, p. 87.
5. Miller, Jacques-Alain (dir.), La Convention d’Antibes – La psychose ordinaire, Agalma-Navarin, Le Paon, 1999, p. 231.
6. Titre de la Convention d’Antibes tenue à Cannes en septembre 1998.

La session 2016 de la Section clinique est constituée d’une présentation de malades, d’un séminaire théorique, de groupes d’élucidation des pratiques cliniques, d’une journée de conversation clinique (ouverte au public extérieur) et de deux matinées (samedis) de la SC.


Image en Une : Yves Klein,
People Begin to Fly (ANT 96), 1961.



Catégories :Agenda, Le Blog SC, Session 2016