CEREDA. 5 janvier – Gap – Un bon petit diable

De la précédente séance de travail (décembre), nous retenons deux points autour du texte de Freud Pour introduire le narcissisme.

1 – L’adolescence est ce passage marqué par la chute des idéaux : l’idéal du moi vacille du fait de la reconfiguration de la pulsion sexuelle, de la rencontre avec le réel, du non rapport sexuel. La quête de l’idéal du moi, S1, du côté du symbolique, assure l’adolescent de sa présence au monde.

2 – Quelle différence entre idéalisation et sublimation ? Cette dernière se concentre sur la libido d’objet et consiste à détourner les pulsions vers un autre but que la satisfaction sexuelle. Par contre, l’idéalisation touche l’objet lui-même et ne détermine pas la satisfaction pulsionnelle. Dans le discours de l’islamisme radical, il y a une alliance, nouvelle, souligne J.-A. Miller, entre S1, l’identification, d’avec a, l’objet de la pulsion agressive, « Tue ! ».

Janvier sera consacré aux chapitres 9 et 11 de l’ouvrage de P. Lacadée, Vie éprise de paroles. Que sont ces « adolescents du réel » dont nous parle l’auteur ? Nous verrons que pour Laurent, jeune adolescent qui veut toujours plus de jouissance, faire le choix de ne rien dire l’amène… au pire. Dans sa cure, ce sera « un dire ou pire ».

Dans le deuxième temps de la séance, nous travaillerons autour d’un cas clinique écrit par Lisiane Girard, psychologue clinicienne.

Elsa Lamberty

Prochaine réunion
Mardi 5 janvier à 19h15 (accueil à partir de 19h).
Contact : ceredabonpetitdiable@free.fr



Catégories :Groupes CEREDA