CIEN. Retour sur le 12 avril

Le premier laboratoire à CIEN ouvert avait lieu le 12 avril avec la projection, suivie d’un débat, du film documentaire de Philippe Troyon : Quelle classe, ma classe ! 

Quelle-classe-ma-classe-afficheLe film ouvre sur le champ des possibles au collège P. Semard (Bobigny), grâce au désir de son proviseur, Joseph Rossetto, que croisent les interventions du CIEN, représenté par Philippe Lacadée. Le choix de ce film était tout trouvé comme présentation du CIEN et de ce que peut apporter de vivant une école passant par les chemins de traverse que sont la poésie, la danse, le voyage pour que se noue une langue à un corps.Le débat fut nourri de l’enthousiasme de ce proviseur et de la justesse des plans que le réalisateur, dans une présence discrète, avait mis en relief.

À partir de l’expérience de création permettant aux adolescents de construire leur équilibre partant de leur déséquilibre, des personnes de l’assistance ont relaté leurs expériences et inventions. Une conseillère principale d’éducation parle de ce réseau autour des notions de solidarité, de partage et de citoyenneté qu’elle a monté avec de jeunes adolescents en souffrance dans leur corps, leur permettant de s’engager dans l’action puis de théâtraliser, de mettre en scène leurs problématiques : se dégager de leur corps souffrant pour aller vers l’autre et pouvoir se consolider et se construire. La directrice d’un foyer d’accueil pour jeunes en difficultés sociales et/ou judiciaires parle de ce décalage vers les sports extrêmes qu’elle a proposé pour qu’enfin un lieu de réussite, à travers l’utilisation du corps, puisse les porter vers une nouvelle position.

L’accent fut mis sur la notion d’intervalle, introduite par P. Lacadée comme essentielle pour avoir la place de dire, autrement. Des rencontres nouvelles et riches, des croisements entre professionnels, c’est ainsi que s’instaure la conversation au CIEN : chacun peut rendre compte de la place inédite qu’il propose à l’enfant et à l’adolescent pour que celui-ci y trouve la respiration nécessaire à ce qui le traverse dans la souffrance. Cette première rencontre nous encourage à poursuivre… dans l’inédit, là aussi.

logoCIENMartine Revel,
responsable du laboratoire CIEN L’école buissonnière.

Lire l’article de présentation de la projection-débat.



Catégories :Laboratoire CIEN