Psiche suprende Amor

Jacopo-ZucchiPsiche surprende Amore, de Jacopo Zucchi (1590), capte l’attention de Lacan lors d’une visite de la galerie Borghèse, à Rome, comme la minutieuse composition (maniériste) d’un mythe qui ne dit rien d’autre que « les rapports de l’âme et du désir ». Il s’en souvient le 12 avril 1961, au moment de tenir la seizième séance de son Séminaire sur le transert. Chapitre que J.-A. Miller, lorsqu’il l’établira au Seuil, titrera : « Psyché et le complexe de castration. »

« J’espère que vous avez bien remarqué  […] les fleurs qui sont là devant le sexe d’Eros, [placées en telle abondance qu’il] n’y a pas la place du moindre sexe. »

 

Lacan évoquera aussi, sur le même thème, un dessin d’un autre artiste, du XXe siècle celui-ci, son ami le peintre André Masson.

A-Masson-1938-Cupid-and-psyche-éditionde the verve

A. Masson, Cupidon et Psyché (1938).

 



Catégories :à côté

Tags: