SC. 2021 – « Ça urge!  » par Hélène Casaus

En préparation de la Section clinique 2021 d’Aix-Marseille qui a pour thème « clinique de l’urgence », Hélène Casaus, participante à la Section clinique d’Aix-Marseille, psychologue clinicienne, témoigne du désir et de la nécessité de formation orientée par la psychanalyse par un texte intitulé « Ça urge ».

L’école ne fait pas exception quant à l’expérience au quotidien du malaise contemporain de notre société. Les modalités de travail des enseignants, directeurs d’écoles, médecins et psychologues scolaires, sont de plus en plus contraintes et lourdes de protocoles formatés. Qu’il s’agisse d’accueillir des enfants, des adolescents ou leur famille, les difficultés dans le lien social, les difficultés subjectives qui prennent des formes discrètes ou spectaculaires, laissent ces professionnels dans un sentiment d’impuissance voire de solitude lorsque l’éducatif et le pédagogique, ne suffisent plus., lorsque le rappel à la loi n’a pas d’effet.

Comment s’orienter dans des situations qui réclament souvent des réponses rapides, immédiates, et court-circuitent le temps logique tel que Lacan l’a défini : L’instant de voir, le temps pour comprendre, le moment de conclure. Face à cet écrasement de la pensée, l’espace pour le déploiement d’une parole singulière, celle de l’enfant, celle des parents, celle des équipes éducatives se fait portion congrue. Alors que faire ? Le psychologue est appelé au chevet d’un malade, avec sa boite à outils prête à l’emploi. Se contentera-t-il de protocoles uniformes lui aussi ?  Comment transformer ce moment en une élaboration singulière, unique, qui aura des effets subjectifs ?

La psychanalyse lacanienne, en particulier celle issue du dernier temps d’enseignement de Jacques Lacan, se fonde sur une clinique du réel : elle s’oriente à partir de ce qui est insupportable pour le sujet, qui l’envahit, le persécute parfois, dont il n’arrive à se défendre. Elle permet de repérer la grammaire pulsionnelle qui détermine pour chacun, sa façon particulière de faire lien avec l’Autre et de s’en débrancher (phobies scolaires, inhibitions, hyperactivité, passages à l’acte, violence, difficultés d’apprentissages avec sa cohorte de Dys etc…)

Le pari clinique est de rejoindre le sujet, là où l’individu ne peut dire ce qui lui arrive. Il s’agit de mettre en œuvre un dispositif, en extension si besoin, pragmatique, qui tient compte des traits de singularité, d’étrangeté, de petite bizarrerie que présente l’enfant, d’utiliser ce qui fait symptôme comme levier. Un serrage sur le réel de la jouissance peut ouvrir les portes d’un possible à inventer, à plusieurs.

Cela demande d’y mettre du sien, et d’avancer d’un désir décidé.

La section clinique d’Aix-Marseille, ses enseignements, sa propédeutique sont un moyen extraordinaire pour s’orienter, à l’aide de concepts et d’outils cliniques solides, tout terrains, pragmatiques. Ils sont une boussole unique, pertinente aussi bien pour la rencontre avec l’enfant à l’école, que pour le travail d’accompagnement des familles et des équipes pédagogiques. L’éthique que la psychanalyse lacanienne produit, est au service d’un sujet qui ne cède pas sur son désir. Un vent léger se lève alors. A entendre au plus près le sujet, quelque chose advient, loin des catégories prêtes à porter du DSM et autres manuels. C’est un gain de vie, qui humanise et rend plus supportable ce à quoi chaque sujet à affaire. Alors oui, il est urgent de s’inscrire à la session 2021 de la Section clinique !

Pour s’inscrire à la session 2021 de la Section clinique cliquez ici

 



Catégories :Newsletter SC, Session 2020

%d blogueurs aiment cette page :