SC. Colloque 2019. « La psychanalyse au XXIième siècle » de Sophie Marret-Maleval

Sophie Marret-Maleval est psychanalyste à Rennes, membre de l’ECF et de l’AMP, Professeur au Département de psychanalyse de l’université de Paris 8, directrice du Département, enseignante à la Section clinique de Rennes. Sur une invitation de Dominique Pasco, enseignante à la section clinique d’Aix-Marseille, elle nous propose la lecture d’un texte paru dans la revue électronique IRONIK! sur le site de l’UFORCA. Dans cet écrit, « La psychanalyse au XXIème siècle », Sophie Marret-Maleval tire les conséquences pour la Praxis d’une psychanalyse résolument « contemporaine au sens où elle ne cesse d’interpréter l’envers de la civilisation »:

Depuis son invention, la psychanalyse a connu un succès paradoxal. Réservée à une élite plutôt intellectuelle à ses débuts, pratiquée par un petit nombre de pionniers, en butte à de fortes résistances, elle a connu une expansion considérable tant du côté de ceux qui l’exercent que des analysants, expansion encore actuelle. Elle s’est également démocratisée…..

elle est entrée par les psychologues et les éducateurs dans les institutions de soins, comme psychanalyse appliquée. La création récente des CPCT par Jacques-Alain Miller et l’École de la Cause freudienne (Centres Psychanalytiques de Consultation et de Traitement) contribuent largement à faire bénéficier d’une pratique référée à la psychanalyse à un public large, du fait de la gratuité et de la brièveté des traitements qui y sont proposés. Des CPCT ont été ouverts dans la plupart des villes de France et dans le monde entier. Les cabinets privés accueillent de nos jours également un public très diversifié. Jacques Lacan, qui n’a pas tenu la clinique des psychoses à l’écart de la psychanalyse a également favorisé ce mouvement, de même que son orientation contre tout standard ainsi que le respect par les praticiens de notre champ d’une rémunération variable en fonction des revenus de chacun. Pourtant, la psychanalyse est toujours restée minoritaire dans les institutions psychiatriques et son implantation actuelle y reste très fragile. Par ailleurs, les résistances, voire les attaques à l’encontre de celle-ci n’ont fait que croître quand on la soupçonne à tort d’un monopole sur les institutions de soin. Tel a été le cas dans la bataille récente autour de l’autisme. Elle a vu ses concepts se diffuser dans le grand public: nul n’ignore le complexe d’Œdipe, que le rêve a un sens, une vulgarisation qui est aussi le support des critiques qui lui sont adressées. On lui reproche volontiers une pratique un peu vieillissante, has been, culturellement marquée, dans la plus profonde méconnaissance de ses fondements théoriques et de ses évolutions.

La psychanalyse ne promet rien

Quand bien même ses partisans font un effort de transmission, celui-ci n’entamera pas les oppositions. Freud notait déjà dans son Introduction à la psychanalyse en 1916, que son procédé, contraire à celui de la médecine, à l’esprit de la science, que ses modalités de transmissions et ses présupposés éthiques, quand il défend l’étiologie sexuelle des névroses, ne pourront que lui attirer des critiques et renforcer les préjugés.

lire la suite…..

Retrouvez tous les articles de la revue Ironik! en cliquant ici

Je m ‘inscris au colloque




Catégories :Colloque Psychiatrie-Psychanalyse

%d blogueurs aiment cette page :