SC. 9 octobre – Marseille – Accueillir le « sujet âgé » en EHPAD

La Section clinique d’Aix-Marseille organise cette rencontre de recherche clinique inédite avec des intervenants issus du champ de la géronto-psychiatrie et du médico-social. Orientés par l’enseignement de Freud et de Lacan, deux psychologues cliniciens exerçant en EHPAD tenteront de faire vibrer le singulier et la trouvaille de chaque cas sans reculer devant le réel en jeu. Car les « vieux » sont considérés avant tout comme des êtres de désir et ce, jusqu’à la fin de leur vie. Entrée libre sur inscription préalable.

ACCUEILLIR SUJET AGE EN EHPADFrançois Guglielmi, praticien hospitalier en géronto-psychiatrie, est l’invité de cette journée ; il a la responsabilité du CMP Personnes âgées d’Aubagne. Les interventions de Ianis Guentcheff et Ana-Marija Kroker, psychologues cliniciens, seront suivies d’une discussion présidée par Hervé Castanet, professeur des universités, psychanalyste à Marseille, membre de l’ECF, et animée par Françoise Haccoun, psychanalyste à Marseille, membre de l’ECF.

Cliquer sur l’affiche pour l’agrandir.

Infos pratiques

Vendredi 9 octobre, de 18h à 20h
COS Saint-Maur
129, avenue de la Rose
13013 Marseille
Entrée libre sur inscription préalable :
rc.ehpad@gmail.com ou 06 09 84 51 77 / 06 14 17 53 58

« Ce qui est social est toujours une plaie », nous dit Lacan pour indiquer qu’à trop vouloir le bien de l’autre au nom d’une logique collective, on peut se mettre en travers de la voie du désir (« Conférences et entretiens dans les universités nord-américaines », Scilicet 6-7, Seuil, Paris, 1976, p. 19.).
Madame F., 94 ans, témoigne : « Je n’ai rien à faire ici, il n’y a que des vieux ! » Pour le discours analytique, l’inconscient n’a pas d’âge. Comment entendre cette énonciation qui résonne comme un réel, angoissant, imprévisible mais toujours impossible à supporter ? Comment œuvrer à partir de cette impasse dans laquelle le sujet, parce qu’il est « vieux », se fait rebut de la société ? Comment le sujet peut-il trouver une place où loger son être quand son propre désir est occulté ?
La vieillesse fait apparaître, plus qu’à tout âge, la question du corps et de la pulsion de mort. Le lien social inédit qu’est la psychanalyse permet de maintenir ouvert un espace de parole pour accueillir, en creux, le dire du sujet dit âgé afin d’opérer à partir des impasses des corps vieillissants et souffrants. Ici, au sein des institutions telles que les EHPAD, vie et mort se côtoient, se croisent, se superposent en une interface parfois difficile à délimiter.
Il sera question lors de cette après-midi de recherche de repérer les mutations du discours courant et leurs conséquences ségrégatives sur le sujet. L’alliance du chiffrage, avec sa logique évaluative, et de la médecine réduite au tout scientifique, ouvre l’espace du non-savoir propice à la clinique au cas par cas, hors de tout protocole et standard déjà constitués. La gérontologie comme science du vieil- lissement rencontre des sujets désorientés qui errent dans le champ médico-social. Une nouvelle nomination d’un symptôme social émerge pour les représenter du signifiant-maître – les Personnes Âgées Dépendantes – sans pour autant les réduire à cette classification objectivante.
La Section clinique d’Aix-Marseille organise cette journée de recherche clinique inédite avec des intervenants issus du champ de la géronto-psychiatrie et du médico-social. Orientés par l’enseignement de Freud et de Lacan, deux psychologues cliniciens exerçant en EHPAD tenteront de faire vibrer le singulier et la trouvaille de chaque cas sans reculer devant le réel en jeu. Car les « vieux » sont considérés avant tout comme des êtres de désir et ce, jusqu’à la fin de leur vie.



Catégories :Agenda, Le Blog SC